Aujourd'hui: heure:
    A+ A A-

    A la recherche d’une meilleure efficacité dans l’action du gouvernement

    • Catégorie : actualités
    • Écrit par Mouloud M
    • Affichages : 509

    Premier léger remaniement opéré par le président Abdelmadjid Tebboune près de six mois après son installation à El Mouradia. Intervenant à un moment où personne ne s’y attendait parmi les observateurs de la scène nationale, le remaniement qui chercherait une meilleure efficacité dans l’action du gouvernement, a concerné six importants portefeuilles ministériels, à savoir les Finances, l’Énergie, l’Enseignement supérieur, l’Agriculture, les Transports et le Tourisme, ainsi que le secrétariat d'Etat auprès du ministre de la Jeunesse et des Sports, chargée du sport d'élite, qui échoit à Salima Souakri en remplacement de Noureddine Morceli, et le ministre délégué auprès du Premier ministre chargé de la communauté nationale à l'étranger, désormais occupé par Samir Chaabna, qui remplace Rachid Bladehane. L’ex-PDG de Sonatrach Abdelmadjid Attar devient ministre de l’Énergie en remplacement de Mohamed Arkab. Ce dernier reste toutefois au gouvernement au poste de ministre des Mines. Aymen Abderrahmane, actuel Gouverneur de la Banque d’Algérie, devient ministre des Finances. Mohamed Hamidou est nommé ministre du Tourisme. Abdelhamid Hamdane prend la tête de l’Agriculture. Lazhar Hani est nommé aux Transports, et Abdelbaki Benziane devient ministre de l’Enseignement supérieur en remplacement Chems Eddine Chitour, qui reste au gouvernement en tant que ministre de la transition énergétique et des énergies renouvelables.

    Unité Covid-19 du CHU Constantine : une enquête ministérielle et un silence incompréhensible ?

    • Catégorie : actualités
    • Écrit par Ayoub C.
    • Affichages : 264

    Aucune suite dans l’affaire scandaleuse survenue à l’unité Covid-19 du CHU Constantine et dévoilée par une vidéo qui a circulé sur facebook. Rien, aucun résultat dix jours après l’envoi d’une commission d’enquête ministérielle au CHU Constantine pour situer les responsabilités et les erreurs de gestion au sujet d’une déplorable prise en charge des malades atteints de Covid-19, révélée par une vidéo relayée sur le réseau social Facebook, montrant des malades livrés à leur sort, l’un a été découvert dans la matinée mort par l’un de ses proches sans aucune assistance médicale au niveau du service en question totalement déserté durant la nuit. Que se passe-t-il ? Pourquoi le ministère n’a pas donné suite à cette enquête ? Tant d’interrogations qui ouvrent la voie à toutes les supputations, et qui ont amené certains à faire le parallèle avec la commission d’enquête envoyée à Ras El Oued suite au décès d’une femme enceinte, médecin à l’hôpital de la dite ville, et qui a donné lieu à une décision immédiate de suspension du directeur de l’hôpital, peut être même avant que la commission en question ne rédige son rapport !? Pourquoi dans le cas de Ras El Oued, le ministère a réagi avec célérité en donnant suite aux résultats de la commission d’enquête, alors que l’affaire du CHU Constantine reste couverte d’un voile gênant ? Les responsabilités sont pourtant claires, selon des sources du CHUC, qui incriminent le directeur général par intérim, son  staff et d’autres membres de la commission Covid-19, qui n’ont pas été à la hauteur de leur mission. Il s’agit d’une affaire de mauvaise gestion ou mauvaise organisation, selon les conclusions de l’enquête préliminaire, qui a fait ressortir « des dysfonctionnements et des failles dans la gestion ». Car les malades sont livrés à eux-mêmes durant la nuit par manque de personnel assurant le service à partir de 22h jusqu’au matin, assurent nos sources. Aucune équipe n’est désignée pour assurer le travail de nuit. Il y a également le lieu choisi pour accueillir cette unité Covid-19, le service pédiatrie, qui ne convient pas du tout aux soins des malades de covid-19, notamment à cause du faible débit d’oxygène qui a contraint les chargés des soins à s’approvisionner en bouteilles d’oxygène pour assurer la respiration artificielle aux malades. On susurre que les jours du DG du CHUC sont comptés, et qu’il ne s’agit que de temps pour lui trouver un remplaçant et le dégommer, mais il est indispensable de mettre les choses au clair et publiquement. Et quel sort réserver aux cinq employés suspendus d’une manière conservatoire. Sont-ils définitivement ou seront-ils réhabilités ? Là aussi il faut faire la part des choses et rapidement. Faut-il attendre que d’autres vidéos soient relayées sur le réseau social Facebook ? Certains affirment avoir cinq autres vidéos, les unes plus choquantes que les autres, en matière de prise en charge des malades au niveau de l’unité Covid-19.             

    7 et 5 ans de prison ferme contre les voleurs de 16 000 bavettes dans le magasin de la pharmacie centrale du CHU Constantine

    • Catégorie : actualités
    • Écrit par Mouloud M
    • Affichages : 311

    Les deux individus, qui ont dérobés 16 000 bavettes de l’intérieur des magasins de la pharmacie centrale du CHUC Constantine ont été lourdement condamnés, par le tribunal correctionnel de Ziadia, à 7 et 5 ans de prison ferme, assorties d’amendes de 50 et 20 millions contre chacun d’eux, selon un communiqué du parquet de Constantine. Le verdict a été rendu, par le tribunal correctionnel, le 8 juin. L’accusé principal, un agent du CHUC, arrêté par les enquêteurs en possession de 6 000 bavettes, a écopé de 7 ans de prison ferme et 50 millions d’amende pour vol de deniers publics, alors que le second, étranger aux service de l’hôpital, a été condamné à 5 ans de prison ferme pour participation à un vol de denier public, indique le même communiqué. Ajoutant que deux autres pharmaciens, qui ont acheté les bavettes volées et vendaient au niveau de leurs officines, devraient comparaître dans les prochains jours sous le grief de défaut de facturation de produits mis en vente.     

    La Malaisie interdit à ses citoyens d’accomplir le hadj 2020

    • Catégorie : actualités
    • Écrit par Ayoub C.
    • Affichages : 476

    Sans trop attendre ce que va décider l’Arabie Saoudite, la Malaisie a pris les devants en interdisant à ses citoyens d’accomplir le pèlerinage saison 2020, en raison de la menace Covid-19, qui reste encore très importante 6 mois après l’apparition des premiers cas en Chine. C’est le premier pays musulman qui fait ce pas inédit dans les annales de l’histoire, en interdisant ses citoyens d’accomplir le 5e rite de l’Islam. Alors que tous les pays musulmans sont littéralement accrochés à une décision de l’Arabie Saoudite concernant l’annulation ou le maintien du hadj saison 2020, la Malaisie a penché pour une décision souveraine. Pour rappel, à moins de deux mois de la date du pèlerinage, qui aura lieu cette fin juillet début août, la décision d'annulation ou de maintien de la saison Hadj 2020' n'est pas encore tranchée. Le ministère saoudien du Hadj et de la Omra a appelé les pays musulmans à suspendre momentanément les préparatifs pour le Hadj 2020, recommandant de ne passer aucun contrat avec des sociétés pour effectuer le Hadj, jusqu'à ce que «la vision soit claire à propos de la pandémie et ses effets actuels et futurs», mais l’attente semble s’allonger. L’Arabie Saoudite, à l’instar de tous les pays, se trouve confrontée à une dure crise économique, et l’on mesure l'énormité des pertes dans un contexte d'annulation du Hadj, dans le prolongement de l'annulation de la Omra, dont les visas sont suspendus depuis le 27 février. Dans ce contexte, les autorités saoudiennes sont en phase d'étudier toutes les possibilités alternatives, une annulation d'octroi des passeports Hadj à certains pays qui ne se remettraient pas de la maladie, ou encore exiger des certificats qui garantissent la non infection des pèlerins au coronavirus et fixer un seuil d'âge pour les futurs pèlerins, qui ne dépasserait pas les 50 ans. Soit, en d'autres termes, aller vers une réduction drastique du nombre des pèlerins, qui devrait en temps normal dépasser les 2,5 millions de personnes (nombre enregistré lors du Hadj saison 2019'). Et si d’autres pays suivaient l’exemple malaisien et prenaient cette décision sans attendre les conditions saoudiennes ?

    Le chef terroriste Droukdel tué par l'armée française au Mali

    • Catégorie : actualités
    • Écrit par Ayoub C./synthèse agences
    • Affichages : 378

    Le chef d'Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi), Abdelmalek Droukdel, de nationalité algérienne, a été tué par l'armée française lors d'une opération mercredi dans le nord du Mali, a annoncé vendredi la ministre des Armées Florence Parly sur son compte Twitter. "Le 3 juin, les forces armées françaises, avec le soutien de leurs partenaires, ont neutralisé l’émir d'Al-Qaïda au Maghreb islamique (AQMI), Abdelmalek Droukdel, et plusieurs de ses proches collaborateurs, lors d’une opération dans le nord du Mali", a écrit Florence Parly. "Ce combat essentiel pour la paix et la stabilité dans la région vient de connaître un succès majeur", a-t-elle ajouté. Notons que la mort de Droukdel a été annoncée à plusieurs reprises, mais il réapparaît à chaque fois dans la région du Sahel. Serait-ce la bonne cette fois-ci ? Attendons les prochains jours pour confirmation.

    Connexion ou Créer un compte